denkyeminstitute

L’incivisme routier en Côte d’Ivoire et l’intensification du trafic, ces dernières années, demeurent un sujet préoccupant pour les autorités.      En 2021, Le ministère des Transports a annoncé que le pays avait enregistré au cours des cinq (5) dernières années plus de 12000 accidents avec au moins 1200 décès et plus de 21000 blessés[i]. Ces accidents sont causés en majeure partie à la suite d’imprudence des conducteurs, de stationnements dangereux, d’excès de vitesse, de fatigue, de défaillance mécanique et de consommation d’excitants des chauffeurs. Les résultats des différentes études ont conclu que ces accidents mortels sont liés aux facteurs humains et environnementaux.  [ii]

 

L’État, dans son rôle d’autorité, a pris une multitude de mesures avec pour objectif de réduire ces accidents en adoptant des lois basées sur les facteurs de risque et procédant à des séries de campagnes de sensibilisation à travers divers moyens de communication. Et cela passe par la mise en application et le renforcement du code de la route.      Un plan stratégique quinquennal sur la période 2021-2025 a donc été annoncé à l’assemblée nationale allant sur la base de trois piliers majeurs : l’efficience de la riposte, l’anticipation par la mise en place de nouvelles technologies au service de la sécurité routière et l’engagement citoyen de tous. [iii]Le pilier des nouvelles technologies via la vidéo-verbalisation est le sujet le plus en vogue actuellement avec son introduction effective le 7 septembre 2021. La vidéo-verbalisation devra assurer une mobilité sûre des zones urbaines et réduire l’accidentalité de certains axes routiers. En plus, elle doit favoriser le changement de comportement des usagers de la route. Ce dispositif permet aux agents de police de constater à distance, sur un écran de contrôle, une infraction au Code de la route. Ensuite, L’auteur est notifié par un message de l’infraction commise et de la contravention qui en découle. 

 

La mise en œuvre de la vidéo-verbalisation a démarré le jeudi 06 mai 2021 à travers des campagnes de sensibilisation dans la ville d’Abidjan[iv]. 140 radars ont été installés dans la ville et couvrent actuellement 9 boulevards avec comme objectif d’atteindre 200 radars à la fin de l’année 2021[v]. Les paiements des frais de contravention se font à travers des plateformes physiques ou digitales dont les solution de mobile money.

 

Lors de la phase pilote qui s’est déroulée sur trois mois, 14 points de contrôle ont enregistré deux millions d’infractions[vi]. Dès le premier jour de répression, les premiers impacts de la vidéo-verbalisation se sont fait ressentir avec 236 véhicules, 125 motos et 29 tricycles immobilisés et mis en fourrière. Il a été enregistré entre 6000 et 7000 infractions[vii]. De ce fait, les automobilistes sont dans l’obligation de se rendre dans les centres de contrôle techniques pour la régularisation de leur situation. Par ailleurs, les études liées à la vidéo-verbalisation révèlent majoritairement que les effets des caméras sont localisés dans un rayon d’environ 500 mètres autour des sites des caméras. En s’éloignant, une légère augmentation des collisions se fait observer au-delà de 1,5 kilomètre. Ceci est dû à l’effet « kangourou ». Les automobilistes auront tendance à ralentir soudainement à l’approche d’un point de caméra pour éviter les amendes ou accélérant au-delà de la zone de surveillance des caméras. Et cela provoque davantage d’accidents hors de la zone de couverture des accidents. Néanmoins, ces études indiquent une réduction nette globale des accidents et des blessures grâce aux caméras.[viii]

 

De sa mise en place le 7 septembre 2021 et jusqu’au 16 septembre 2021, le district d’Abidjan avait déjà enregistré une baisse de plus de 25% des accidents[ix]. Aussi, à travers l’enregistrement en ligne de la contravention et le paiement via les plateformes digitales, il devient plus facile de faire un suivi transparent des entrées d’argent afin d’éviter la corruption sur les bords des routes. Toutefois, la mise en place effective des paiements digitaux devra suivre pour éviter à la majeure partie des automobilistes de se rendre dans des centres physiques pour s’acquitter des frais de contravention.

 

Avec les progrès de la technologie, les radars mobiles et variables pourraient être nécessaires pour éviter l’effet Kangourou et réduire largement les actes d’incivisme routier. La réussite de cette initiative passe inévitablement par une prise de conscience des populations et une formation adaptée des agents de l’Etat.

 

[i] https://www.gouv.ci/_actualite-article.php?recordID=12513

[ii] https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=SPUB_165_0647&download=1

[iii] http://www.assnat.ci/assembleenationale/?le-gouvernement-presente-sa-strategie-de-securite-routiere-aux-deputes

[iv] https://www.transports.gouv.ci/actualites/video-verbalisation-une-delegation-gouvernementale-visite-les-installations

[v]  https://news.abidjan.net/articles/697181/entree-en-vigueur-de-la-video-verbalisation-et-la-repression-des-infractions-au-code-de-la-route

[vi] https://news.abidjan.net/articles/697181/entree-en-vigueur-de-la-video-verbalisation-et-la-repression-des-infractions-au-code-de-la-route

[vii] https://www.fratmat.info/article/214903/conomie/video-verbalisation-plus-de-6000-infractions-signifiees-par-sms-le-premier-jour

[viii] https://www.lse.ac.uk/News/Latest-news-from-LSE/2017/10-October-2017/Speed-cameras-reduce-road-accidents-and-traffic-deaths-according-to-new-study

[ix] https://news.abidjan.net/flash-infos/76202-accident-de-la-circulation-le-district-dabidjan-enregistre-une-baisse-de-plus-de-25-depuis-le-demarrage-de-la-phase-de-repression-le-07-septembre-ministre-des-transports

 

Mise en place de la vidéo-verbalisation et son impact dans la ville d’Abidjan – version pdf

Auteur : Joel Kouadio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.